BIENNALE OFF DE LA DANSE

5ème édition

Du 12 au 28 septembre 2014

Pour sa cinquième édition, la Biennale off du Croiseur s’étoffe et monte en puissance, assumant non seulement son statut de scène découverte mais également sa vocation de lieu catalyseur d’énergie sur le 7ème arrondissement de Lyon. Nouveauté en effet que le partenariat avec l’espace Kantor et l’ENS pour une présence dansée de plusieurs compagnies sur le parvis Descartes, le samedi 13 septembre de 11h à 15h. Carte blanche laissée aux lieux partenaires avec Toï Toï le Zinc, Le Périscope, la Friche Lamartine... Nouveauté également que la prestation du collectif les Divers Gens sur la place Jean Jaurès le samedi 20 septembre. Résonance internationale accrue avec l’accueil des compagnies émergentes membres du réseau européen Studio Trade. Et toujours une place forte dédiée à l’éclosion avec les cartes blanches offertes aux jeunes danseurs contemporains du CNSMD.
 
Avec : Compagnie Voltaïk, Cie Subterfuge, Tensei Cie, Idem Cie, Cie Eh Wé, Cie Amazigh Danza, Cie Takamouv’, Cie Kat’chaçà, Collectif AR, Association Mâ, Cie Les Os Posés, Compagnie Médite, Cie A Corps d’Elles, Cie S.O.o.N , Inkörper Company, Collectif Es, Cie Aux Pieds Levés, La Tierce, Cie Quai Numéro 4, Collectif Bawa, Cie Eh Wé, Cie les Dragons Gradés, Cie Au Delà Du Bleu, Collectif les Divers Gens, Cie A l’Art H , Cie Jérémy Tran, Cie Côte à côte, Cie Ap’Art, David Rodrigues, Malika Djardi...

VENDREDI 12 SEPTEMBRE

AU CROISEUR

Compagnie Variations

Passe ton Bach

20’

19H30

 

Suite à une rencontre avec Fabrice Bihan  lors du spectacle Boxe Boxe (Quatuor Debussy & Cie Kafig), l’idée d’un spectacle sur les Suites de Bach est née. Après un temps de réflexion , le projet est lancé. La Cie Variations qui a écrit cette pièce s’est directement inspirée du livre de Bach et du livre «le Nombre» de Van Houten.Kasbergen. Passe ton Bach , spectacle hip-hop, permet de découvrir ce grand compositeur d’une manière moderne et ludique.

 

Chorégraphie et danse : David Rodrigues

Idem Cie

Inner Demon

20’

20H30

 

Avec la pièce « Inner Demon », nous souhaitons ouvrir une porte sur l’âme des hommes, leurs voix intérieures et la façon dont ces dernières influencent leurs choix et transforment leurs réactions. Comment nos intuitions, nos sensations, nos peurs interagissent avec nos décisions ou nos réactions ? Décidons-nous vraiment de nos faits et gestes et en avons-nous conscience ? 

 

Se laisser entrainer dans un voyage  où la rencontre de sa voix intérieure ne correspond pas toujours à ce qu’on attend.

 

Chorégraphie de Matthias Kass & Clément Bugnon

Coproduit par la Tanzhaus Zürich

 

Voltaïk Cie

Incidence

20 ‘

21H30

 

La compagnie Voltaïk trouve son point d’ancrage dans la danse et la culture hip-hop mais tend à développer sa propre gestuelle. 

Avec « Incidence », les danseurs racontent l’histoire de ces événements, ces rencontres et ces choix, extraordinaires ou anodins, qui changent nos vies... quand on choisit d’aller d’un coté plutôt que de l’autre ; de partir plutôt que de rester ; de s’ouvrir à l’autre plutôt que de l’ignorer. Il s’agit de l’influence des autres sur nous et de la notre sur eux quand sans s’en rendre compte, les actes et les paroles rassurent, choquent ou déçoivent, laissant à jamais leur empreinte.

 

Chorégraphie et interprétation : Christophe Gellon, Sarah Zimmermann

 

SAMEDI 13 SEPTEMBRE

Sur le Parvis Descartes (ENS - Avenue Jean Jaurès)

De 11h à 15h

Takamouv

 

Humour, énergie, mais aussi émotion et poésie… Takamouv, Centre de danses Hip Hop, vous invite à découvrir un univers qui pourrait vous surprendre...

Unique centre de danses dédié aux danses Hip Hop en Rhône Alpes, créé en 1998, Takamouv regroupe petits et grands autour d’une seule et même passion : le Hip Hop.

Un moment riche en partage et énergie !

 

Direction Artistique & Bande son

RedLocks HOARAU

Collectif A/R

Etats des lieux

20’

 

«Trois acteurs viennent habiter un lieu ou plutôt cohabiter avec les éléments qui le composent. C’est un mouvement perpétuel, accéléré ou ralenti. Rythmés par un percussionniste, un couple évolue dans l’espace. Les corps entrent en action, se croisent, se cherchent du regard, se frôlent et se rencontrent. Ils «virent et voltent» sur un tempo qui suit l’air du temps. Un jeu touchant et parfois dangereux!

 

Conception et mise en espace : Collectif A/R

Chorégraphie : Julia Moncla et Thomas Demay

Composition musicale : Paul Changarnier

 

Cie Les Os Posés

Hab(r)iter

55’

 

Hab(r)iter nous emporte dans un univers brut, dépouillé, en constante transformation. L’intime, dépourvu de murs s’y retrouve exposé. De la fragilité et de la révolte naissent la force et la dignité. De la précarité que nous renvoie la scénographie s’extrait un élan de vie transcendant le drame apparent. La poésie est ici nue, sublimée par l’intensité de l’univers musical et la profondeur du mouvement.

 

Chorégraphie: Sébastien Molliex

Interprète: Emeline Nguyen

Création et musique live: Stéphane Paulin

Création lumière: Véronique Gougat

Scénographie: Sébastien Molliex, assisté de Véronique Gougat

Compagnie Kat’chaça

Cabines

 

Cabines propose un espace de co-construction, de rencontres et d’expérimentations. Qu’est-ce qui nous sépare? Qu’est-ce qui nous relie? La frontière est ambivalente : elle divise autant qu’elle joint. Avec Cabines, la Cie Kat’chaça mène une recherche artistique et scientifique sur la notion des frontières. Natacha Paquignon, chorégraphe, crée un dispositif qui permet de questionner l’altérité. Cabines affirme le pouvoir de transformation de l’art et sa capacité à créer du lien dans un monde où la disparition de frontières n’empêche pas les mouvements de repli identitaires. Au service du projet, un dispositif numérique composé de 3 cabines, soit 3 petits mondes autant visuels que sonores, diffusant des paroles d’habitants de différents territoires.

 

SAMEDI 13 SEPTEMBRE

AU CROISEUR

Collectif Quai n°4

Secret

40'

16h

 

« Nous venons d’enterrer maman. Les derniers cousins partent et nous laissent seules à cette table. Nous n’avons jamais pris le temps pour s’asseoir et se regarder, cela depuis bien longtemps. Je peux vous dire que ça fait bizarre. Je tourne la tête à droite, ma petite Françoise, encore plus fragile aujourd’hui.Puis à gauche, Julie, ma froide sœur, le regard perdu dans celui de Françoise essayant de lui faire dire ce truc, depuis toujours coincé au fond de sa gorge.

Et vous face à notre famille, face à nous, que regardez-vous ? Hum dites moi...On baisse les lumières, que le spectacle de notre vie commence.....

Votre choix, nous allons le subir ce soir, en mangeant notre Secret. »

 

Distribution:

Chorégraphie / interprétation (L’aînée) : Bougues Flora avec la participation des danseuses Danseuses (Les sœurs) : Anna Konopska , Marie Urvoy  / Ecrivain (Le géniteur): Etienne Faye / Scénographie (Les ancêtres) : Justine Louvel, Marion Bougues ; Claire Iseppi

 

Cie Ap’Art

J’ai tué Régina

50’

17h

 

« Copiez la Reine, ne copiez que la Reine. Il n’y a pas de plus 

grande jouissance ni de plus beaux triomphe qu’une copie excellente de la Reine. ! CHUT !!! Elle arrive. ! Sa perruque perchée sur son crâne laisse échapper les vapeurs de sa poudre royale. 

Ses hanches ondulent le long des berges arrondies de ses formes, assaillant le 

temps de sa marche impériale. 

Le monde s’ouvre à elle. Rien ne peut l’arrêter. 

A moins que ... »

 

Chorégraphe: Jérémy SILVETTI assisté de Yannick SIMEON 

Distribution : Sarah GOLIARD, Sarah CHARLIER, Lysiane LAZZAROTTO,Eliot STEILER, Yannick SIMEON et Jérémy SILVETTI

 

Collectif Bawa

Rouge Vernis

40’

18h

 

Par l’expérimentation d’un huis clos dans un univers bureaucratique ultra réaliste, «Rouge Vernis» s’est fait le prétexte d’une exploration sur les conséquences des rythmes et des rapports humains imposés par le travail dans la société moderne. De la situation d’enfermement inconscient naît un espace ouvert sur tous les possibles entre deux femmes et un homme. Cette création de danse contemporaine utilise comme outils les états psychologiques, corporels, relationnels d’une telle expérimentation.

 

Distribution : Collectif BAWA

Chorégraphie, mise en scène, interprétation - Maxime Boissier, Annabel Taillandier, Emmanuelle Faure / Création Lumière - Charlotte Huart

Cie Les Os Posés

Hab(r)iter

55’

19h30

 

Hab(r)iter nous emporte dans un univers brut, dépouillé, en constante transformation. L’intime, dépourvu de murs s’y retrouve exposé. De la fragilité et de la révolte naissent la force et la dignité. De la précarité que nous renvoie la scénographie s’extrait un élan de vie transcendant le drame apparent. La poésie est ici nue, sublimée par l’intensité de l’univers musical et la profondeur du mouvement.

 

Chorégraphie: Sébastien Molliex

Interprète: Emeline Nguyen

Création et musique live: Stéphane Paulin

Création lumière: Véronique Gougat

Scénographie: Sébastien Molliex, assisté de Véronique Gougat

Inkörper Cie

DarkRise

40’

22h

 

DarkRise, spectacle créé en 2012 revient à la Biennale OFF de la danse 2014 dans une nouvelle forme de 40 minutes. La nature et les limites physiques de l’être humain sont au cœur de ce solo performance d’Aurélien Dougé. 

« Ce qui est donné à voir et à ressentir dans cette pièce, est à lire sur plusieurs strates, chacun peut y trouver ses propres résonances, ses fêlures, ses doutes, mais aussi et surtout, la force de continuer le combat, quelque soit l’ennemi. »  Le Progrès / Lyon septembre 2012.

 

Conception, chorégraphie, scénographie, interprétation : Aurélien Dougé

Musiques : Eric Perret, Richard Skelton, Valgeir Sigurôsson, Domenico Scarlatti, Antonio Vivaldi 

Arrangement musical : Julien Tarride 

Costumes : Caroline Bault  

Création lumière : Rosemonde Arrambourg  

Production : Inkörper Company  

Administration : Gautier Fournier    

Collectif SoOn

La ptite folie

45’

23h

 

Forme hybride, dansée, chantée et parlée

 

Une chanteuse, seule sur un plateau, face à son micro, tangue et vacille entre l’exubérance de son personnage public et les failles, les fêlures de sa vie privée. Elle chante de la soul, du rock peut-être, elle cherche à la fois l’équilibre et la transe.

En éprouvant le passage du mouvement spontané au mouvement chorégraphié, du dancefloor au plateau, du fredonnement au chant, de l’impulsion à la construction, elle cherche à provoquer l’accident pour toucher la limite, le précaire, le vertige, l’enivrement, en confrontation avec le rythme, le sol, l’espace.

 

Solo chorégraphié et interprété par Mélisa Noël - Cie S.O.o.N.

Musique : Yannick Demaison / Scénographie: Frédéric Salvan / Lumières : Rosemonde Arrambourg

 

DIMANCHE 14 SEPTEMBRE

AU CROISEUR

Inkörper Cie

DarkRise

40’

17h

 

DarkRise, spectacle créé en 2012 revient à la Biennale OFF de la danse 2014 dans une nouvelle forme de 40 minutes. La nature et les limites physiques de l’être humain sont au cœur de ce solo performance d’Aurélien Dougé. 

« Ce qui est donné à voir et à ressentir dans cette pièce, est à lire sur plusieurs strates, chacun peut y trouver ses propres résonances, ses fêlures, ses doutes, mais aussi et surtout, la force de continuer le combat, quelque soit l’ennemi. »  Le Progrès / Lyon septembre 2012.

 

Conception, chorégraphie, scénographie, interprétation : Aurélien Dougé

Musiques : Eric Perret, Richard Skelton, Valgeir Sigurôsson, Domenico Scarlatti, Antonio Vivaldi 

Arrangement musical : Julien Tarride 

Costumes : Caroline Bault  

Création lumière : Rosemonde Arrambourg  

Production : Inkörper Company  

Administration : Gautier Fournier 

Cie Ap’Art

J’ai tué Régina

50’

19h

 

« Copiez la Reine, ne copiez que la Reine. Il n’y a pas de plus 

grande jouissance ni de plus beaux triomphe qu’une copie excellente de la Reine. ! CHUT !!! Elle arrive. ! Sa perruque perchée sur son crâne laisse échapper les vapeurs de sa poudre royale. 

Ses hanches ondulent le long des berges arrondies de ses formes, assaillant le 

temps de sa marche impériale. 

Le monde s’ouvre à elle. Rien ne peut l’arrêter. 

A moins que ... »

 

Chorégraphe: Jérémy SILVETTI assisté de Yannick SIMEON 

Distribution : Sarah GOLIARD, Sarah CHARLIER, Lysiane LAZZAROTTO,Eliot STEILER, Yannick SIMEON et Jérémy SILVETTI

VENDREDI 19 SEPTEMBRE

AU CROISEUR

Cie Subterfuge

Parabole

25’

19H30

 

Le travail chorégraphique de Laureline Gelas se définit par la recherche d’une esthétique poétique de la danse hip hop et d’une ouverture aux autres formes d’art scénique. 

Entre danse contemporaine, hip hop et acrobaties, le solo «Parabole» évoque un souvenir d’enfance, une solitude consommée dans des repas silencieux, bâtisseurs d’espaces vides que l’imaginaire investit. Une parabole de la résilience. 

 

Interprète : Guilhaume Lapasset-Weddigen

Chorégraphe : Laureline Gelast

Tenseï Cie

Pres’K

50’

20H30

 

Rosalie la baleine, Jacob l’ami potelé́, Raphaëlle la dessinatrice en herbe...

Presque humain... presque normal...

Entre onirisme, absurde, réflexions existentielles et folie, Cookie se parle, nous parle et trace des chemins alors que dansent les idées dans sa tête.

Presk’ sera, entre autre, une quête vers la compréhension de l’autre et de soi-même.

Cette pièce met en scène deux danseurs et un personnage libre. 

 

 

Danseuse/Stéphanie Jardin 

Dans le rôle «Cookie»/ Daz Ini 

Danseur-Chorégraphe/Rafael Smadja 

Musique originale composées par/Julia Kent / Bruno Dias / Akuji.

Lumière/ Loic Brisset

 

Cie Amazigh Danza

Où est le pas?

16’

22H

 

Dans cette première pièce, Lia puise son vocabulaire de base dans le hip-hop  et s’évade par des ports de bras et des jeux de jambes avec une écriture contemporaine.

«Où est le pas?» est un solo qui raconte une histoire personnelle, intime et en même temps l’histoire de beaucoup: le passage d’un pays à l’autre, les épreuves que la Vie nous impose, les changements  que l’on doit faire pour survivre, ce sentiment d’emprisonnement et la liberté, enfin.  

 

Chorégraphe et interprète : Lia Fayollat

Regard extérieur : Lowriz Vo

Musique : Julia Kent, Apparat, Robot Khoch.

Lumière : Vincent Lopez

Soutiens :  Quai de Scène, Mjc Jean Moulin Bourg les Valence,C.I.D. Unesco.

 

SAMEDI 20 SEPTEMBRE

Place Jean Jaurès

Cie les Divers Gens

Equipe du 9 janvier

50’

17h

 

Adaptation théâtrale et dansée d’articles du quotidien sportif L’Equipe, mis en forme par l’extraction de David Coutaz-Replan.

Inviter la danse et la poésie sur un terrain de sport pour un match corps/texte et aborder cette rencontre comme un défi. Convier une équipe de sport à partager cette aventure pour comprendre la posture du dépassement, l’envie de victoire, le plaisir du jeu. Quels sont les moteurs qui nous poussent à nous relever après une défaite ou une blessure ?

 

Mise en jeu : Julie Romeuf

Interprétation : Maude Fumey et Frederic Verschoore

Arbitrage : Mathurin Gasparini

 

Au Croiseur

Carte blanche au réseau de danse européen: Studiotrade

De 14h à 18h

Cie Côte à côte

Je d’enfants

40’

18h

 

« Je d’enfants » est une pièce sur le « Je », notre identité corporelle, et les «Jeux », ces jeux d’enfants qui permettent à chacun d’appréhender le monde qui l’entoure. 

Mais que l’on ne s’y trompe pas, les interprètes ne sont plus des enfants et cherchent pas à l’être. 

« Je d’enfants » est un témoignage multiple de ce que le corps retient de l’enfance. 

 

Danseurs / Interprètes : ARCHAMBEAU Marie-Camille, CAMET Alice

CHAUCHAIX Eglantine, DERBEL Chawki, MERIGOT Gaïa

Compositeurs: BLANC Thomas - PMGN, BOURGEOIS Rémi ,TERRIER Nicolas – Octave 

Lumières : GARCIA Benjamin 

 

Cie A l’Art H

 «Ouvrez les guillemets»

30’

19h

 

Un triangle.

Des individualités comme chaque angle de cette figure. Le rapport à l’autre, leur rencontre, leur langage, une danse fluide comme un fil conducteur, un flux qui les unit.

Nous montrerons un monde éclairé où la lumière nous guide et nous attire. Un espace-temps symbolisé par des objets qui nous supportent, nous soutiennent et nous entourent.

 

Chloé Apfel

Clément Gonneau

Vanessa Melzer : chorégraphie

 

Cie Au Delà Du Bleu

Trio pour deux danseurs et un longboard

25’

22h

 

La compagnie ADDB a récemment entamée un travail de recherche en reliant le longboard et la danse.

Ce trio explore les possibilités d’utiliser le longboard comme objet propre mais aussi en le détournant. C’est là qu’intervient la notion d’imaginaire à partir d’un élément du paysage urbain.

Comment le mouvement du longboard peut influencer et modifier les mouvements et les trajectoires. C’est une première pour la danse ainsi que pour le monde de la glisse, La compagnie n’est qu’au début de ses recherches dans l’affiliation sport extrême danse contemporaine. Ce concept touche aussi bien les mordus de danse que ceux de glisse...

 

Chorégraphie et Vidéo: Jean-Camille Goimard 

Interprete : Klara Morhain et Jean-Camille Goimard

Longboardeur Professionnel : Morgan Preioni

Artificial landscapes
Association Artificial Landscapes Experiences
Court-métrage - danse
25 '
22h45
 
 

ARTIFICIAL LANDSCAPES s’organise comme un voyage sensitif, illustrant, au travers de la poésie et du mouvement, les paradoxes de l’être humain. Il est question de solitudes à la fois fantasmées et rejetées, reflet d’une société artificielle où règne l’individualisme, en contradiction à son désir de l’autre.

 

Ce projet fait naître un dialogue entre le corps et l’espace, utilisant la danse comme langage. Comment existons-nous et faisons-nous exister l'architecture à travers nos expériences incarnées ? Qui sommes-nous dans ces paysages ?

ARTIFICIAL LANDSCAPES est une histoire dont l'écriture a mobilisé une centaine de femmes et d'hommes, tous bénévoles, passionnés et enthousiastes. Une aventure, un paysage humain.

 

 

Court-métrage de danse réalisé par Jérémy Tran, danseur contemporain formé au CNSMD de Lyon et l'équipe d'Artificial Landscapes Experiences. Musique : Valentin Hadjadj

Fanny Bonneau

Oui mais non

30’

23h15

 

Une terrasse de café, beaucoup d’agitation, des bribes de discussions. 

Deux femmes échangent. 

Sourires, rires, elles semblent être d’accord. Pourtant l’échange évolue, se complique. 

Passant d’un sentiment à l’autre, les deux femmes font comme elles peuvent pour affirmer 

leurs différences, leurs ressemblances, pour exister. 

Les deux corps se cherchent, s’accrochent, se ratent, ripent, dérapent, se laissent emporter, 

s’accordent, se confrontent tour à tour

 

Chorégraphe et interprète : Fanny Bonneau

Associée et interprète : Emilie Harache

 

DIMANCHE 21 SEPTEMBRE

AU CROISEUR

Cie Aux pieds levés

Interface

50’

14H

 

Interface est un dialogue interactif sur la frontière : celle entre le réel et l’irréel, entre le virtuel et le vivant, entre le «moi» et le «nous». C’est la frontière que je crois voir ou qui existe et qui me sépare du groupe. Notre quotidien est parsemé de ces nouvelles règles virtuelles qui forgent les rapports sociaux, et le lien à l’autre : mais finalement sommes-nous les uns avec les autres ou les uns à côté des autres?»

 

« Interface » est un projet de création issu de la rencontre entre la compagnie de danse Aux Pieds Levés et l’association pour l’art numérique Un Des Sens. Imaginée par une équipe pluridisciplinaire de six artistes - danseurs, ingénieurs, musiciens - cette création se veut un pied de nez au despotisme du directeur artistique. 

 

Chorégraphes et danseurs : Cyrielle DE VOS, Angeline OLYMPIEFF, Annelise PIZOT, Caroline THOMET, Pierre Guillaume VILLETON 

 

Collectif Bawa

Rouge Vernis

40’

16H

 

Par l’expérimentation d’un huis clos dans un univers bureaucratique ultra réaliste, «Rouge Vernis» s’est fait le prétexte d’une exploration sur les conséquences des rythmes et des rapports humains imposés par le travail dans la société moderne. De la situation d’enfermement inconscient naît un espace ouvert sur tous les possibles entre deux femmes et un homme. Cette création de danse contemporaine utilise comme outils les états psychologiques, corporels, relationnels d’une telle expérimentation.

 

Distribution : Collectif BAWA

Chorégraphie, mise en scène, interprétation - Maxime Boissier, Annabel Taillandier, Emmanuelle Faure / Création Lumière - Charlotte Huart

 

Cie A corps d’elles

Je suis l’Epoque

50’

17H15

 

Travailler la matière du texte par la danse et les sonorités de la batterie. Dire l’époque par le corps. Exprimer le déclin, la dégénérescence, l’enfermement, la recherche de liberté et d’apaisement. Trouver une relation entre les mots, les gestes, les images, les sons. Trouver des entremêlements, des jeux de forces, des précaires équilibres. «Je suis l’époque (...) donne à voir un duo/duel inédit entre un batteur et une danseuse. Le mouvement exprime à merveille la recherche d’échappatoire: les corps en tension, fragiles et déterminés, dansent entre les mots, la violence des percussions, l’élégance des forme». Le Progrès, avril 2014. 

 

 

Céline Grisoni : chorégraphie & danse

Morgan Arnault : Batterie

Artificial landscapes
Association Artificial Landscapes Experiences
Court-métrage - danse
25 '

18H15

 

ARTIFICIAL LANDSCAPES s’organise comme un voyage sensitif, illustrant, au travers de la poésie et du mouvement, les paradoxes de l’être humain. Il est question de solitudes à la fois fantasmées et rejetées, reflet d’une société artificielle où règne l’individualisme, en contradiction à son désir de l’autre.

 

Ce projet fait naître un dialogue entre le corps et l’espace, utilisant la danse comme langage. Comment existons-nous et faisons-nous exister l'architecture à travers nos expériences incarnées ? Qui sommes-nous dans ces paysages ?

ARTIFICIAL LANDSCAPES est une histoire dont l'écriture a mobilisé une centaine de femmes et d'hommes, tous bénévoles, passionnés et enthousiastes. Une aventure, un paysage humain.

 

 

Court-métrage de danse réalisé par Jérémy Tran, danseur contemporain formé au CNSMD de Lyon et l'équipe d'Artificial Landscapes Experiences. Musique : Valentin Hadjadj

 

La Tierce

En creux

40’

19H

 

Installée sur le territoire Aquitain, La Tierce développe un travail chorégraphique sculptant l’espace, creusant les corps. Défendant la nécessité d’un acte artistique engagé, elle œuvre à la persistance d’une poésie de l’abstraction, questionnant en permanence le sens du geste dansé. 

Avec En Creux, elle propose de confronter trois individus à la perte, à l’absence, et plonge dans l’intimité fébrile de corps désemparés par l’effondrement de leur écosystème. Projetés sur un territoire dépeuplé, les danseurs se transforment en personnages absurdes, les gestes en signes. Le spectateur prend une histoire à sa fin et assiste ainsi à l’ultime errance de corps déraisonnés. 

«Nous sommes ici en plein mythe et nous ne savons pas de quel mythe il s’agit» Arnaud Desplechin

 

Conception : La Tierce

Interprétation : Nathan Freyermuth, Séverine Lefèvre, Charles Pietri

 

VENDREDI 26 SEPTEMBRE

AU CROISEUR

Compagnie Ehwè

En rétention provisoire

40’

19H30

 

Comment tenir debout ?

Un personnage un peu emmêlé dans ses pinceaux, tâtonne pour trouver ses appuis sur terre et dans la vie. L’humour et le tragique se mêlent dans une danse hip hop poétique faisant appel au mime, au texte, à la vidéo.

 

Chorégraphe et interprète : Fanny Riou

Création lumière : Fabien Leforgeais

Création sonore : Raphaël Mouterde

vidéo : Frédéric Couchoux

Costumes : Emilie Piat

 

Cie SoOn

La ptite folie

45’

21H

 

Forme hybride, dansée, chantée et parlée

 

Une chanteuse, seule sur un plateau, face à son micro, tangue et vacille entre l’exubérance de son personnage public et les failles, les fêlures de sa vie privée. Elle chante de la soul, du rock peut-être, elle cherche à la fois l’équilibre et la transe.

En éprouvant le passage du mouvement spontané au mouvement chorégraphié, du dancefloor au plateau, du fredonnement au chant, de l’impulsion à la construction, elle cherche à provoquer l’accident pour toucher la limite, le précaire, le vertige, l’enivrement, en confrontation avec le rythme, le sol, l’espace.

 

Solo chorégraphié et interprété par Mélisa Noël - Cie S.O.o.N.

Musique : Yannick Demaison / Scénographie: Frédéric Salvan / Lumières : Rosemonde Arrambourg

SAMEDI 27 SEPTEMBRE

AU CROISEUR

Cie A l’Art H

 «Ouvrez les guillemets»

30’

15H

 

 Un triangle.

Des individualités comme chaque angle de cette figure. Le rapport à l’autre, leur rencontre, leur langage, une danse fluide comme un fil conducteur, un flux qui les unit.

Nous montrerons un monde éclairé où la lumière nous guide et nous attire. Un espace-temps symbolisé par des objets qui nous supportent, nous soutiennent et nous entourent.

 

Chloé Apfel

Clément Gonneau

Vanessa Melzer : chorégraphie

 

Cie Les Dragons Gradés

Ballet Lilith

40’

16H

 

C’est l’histoire d’une descente aux Enfers, d’une catharsis. C’est un ballet contemporain qui, par la danse, redonne ses lettres de noblesse à une figure vieille de 4000 ans : Lilith. Première compagne d’Adam avant Eve, Lilith refuse d’être inférieure à l’homme et se voit condamnée à devenir la première succube, la première dévoreuse d’enfants. Le spectateur suivra Lilith dans la pureté du jardin d’Eden puis au plus profond des Enfers. Il assistera à la disgrâce d’Adam et Eve pour, enfin, plonger au cœur du Néant auquel Lilith a été condamnée.

 

Direction artistique : Eugénie Leclercq ,

Chorégraphie : Cécilia Nguyen Van Long

 

Fanny Bonneau

Oui mais non

30’

17H15

 

Une terrasse de café, beaucoup d’agitation, des bribes de discussions. 

Deux femmes échangent. 

Sourires, rires, elles semblent être d’accord. Pourtant l’échange évolue, se complique. 

Passant d’un sentiment à l’autre, les deux femmes font comme elles peuvent pour affirmer 

leurs différences, leurs ressemblances, pour exister. 

Les deux corps se cherchent, s’accrochent, se ratent, ripent, dérapent, se laissent emporter, 

s’accordent, se confrontent tour à tour

 

Chorégraphe et interprète : Fanny Bonneau

Associée et interprète : Emilie Harache

 

Collectif ES

Hippopotomonstrosesquippedaliophobie* 

55’

18H30

 

«Les danseurs du Collectif ÈS investissent le plateau dans une nouvelle pièce autour de nos phobies.

 

Les trois danseurs se jouent de ce que provoque le sentiment de crainte dans un corps en mouvement et cherchent l’absurdité qui nous habite. La pièce, comme un film que l’on rembobine, est composée d’épisodes qui se répètent, s’accélèrent ou se rallongent. Grâce à un système de «post-it chorégraphiques», ils manipulent les éléments pour perdre toute chronologie et créer une temporalité anachronique et cyclique, miroir de l’énumération absurde de nos phobies. «

 

 

Créateurs - Interprètes : Sidonie Duret, Jeremy Martinez et Emilie Szikora

 

Mélanie Legrand

Rien derrière

45’

19H

 

C’est l’histoire de quelqu’un-comme-tout-le-monde qui, au détour d’un jogging forcené fait une étrange rencontre.  Elie, puis Tom, vont lui permettrent une plongée au coeur de son être intime, ouvrant l’espace de tous les possibles, au-delà du temps et des rôles. 

 

« Elle appelle toujours au bon moment. Lorsque les résolutions s’effilochent, lorsque le moule devient trop serré, lorsque je n’ai plus la force d’ouvrir la porte. Alors elle appelle. Et tout redevient possible. Ce matin, pour la cinquième fois de ma vie, je disparais. 

 

 Une pièce de  Mélanie Le Grand

Avec : Mélanie Le Grand, Yann Delmas

 

La compagnie médite

« Mue d’un corps en Lumière »

15’

22h

 

« Le point de départ de cette création est une purification de mon âme (par le yoga du son) qui se transforme consciemment, peu à peu, en un corps de lumière. 

Le corps de lumière est notre corps spirituel : c’est un champ de lumière qui permet par l’ouverture du cœur d’accéder à des niveaux de conscience plus élevés pour développer notre plein potentiel.

Ce solo mêle dessin d’animation, musique acousmatique, chant et danse avec l’envie de rendre sensible un espace de conscience où l’on peut ressentir notre unité.

Minimalisme, temps étiré, perception, poésie.

Faisant mes premiers essais en dessin « numérique », je présente la première étape de travail du projet. »

 

Danse, chant, musique acousmatique, dessin d’animation : Marie-Claire Bernard

Artificial landscapes
Association Artificial Landscapes Experiences
Court-métrage - danse
25 '

22h30

 

ARTIFICIAL LANDSCAPES s’organise comme un voyage sensitif, illustrant, au travers de la poésie et du mouvement, les paradoxes de l’être humain. Il est question de solitudes à la fois fantasmées et rejetées, reflet d’une société artificielle où règne l’individualisme, en contradiction à son désir de l’autre.

 

Ce projet fait naître un dialogue entre le corps et l’espace, utilisant la danse comme langage. Comment existons-nous et faisons-nous exister l'architecture à travers nos expériences incarnées ? Qui sommes-nous dans ces paysages ?

ARTIFICIAL LANDSCAPES est une histoire dont l'écriture a mobilisé une centaine de femmes et d'hommes, tous bénévoles, passionnés et enthousiastes. Une aventure, un paysage humain.

 

 

Court-métrage de danse réalisé par Jérémy Tran, danseur contemporain formé au CNSMD de Lyon et l'équipe d'Artificial Landscapes Experiences. Musique : Valentin Hadjadj

Cie Au Délà Du Bleu

Soirée vidéo

Nous sommes les restes du petit lac salé (26min

) suivi de L’Epidanse#3 (13min)

23h

 

Lors de notre dernier voyage aux confins de l'Asie du Sud Est, de l'Australie et de l'Indonésie, nous avons tourné "l'Epidanse#3" qui met en relation la danse à l'architecture, aux paysages et aux cultures de ces pays. "Nous sommes les restes du petit lac salé" est mon premier moyen-métrage. A travers ce film, j'ai eu l'idée de faire danser notre monde. Un soleil bleu, une rue pleine d'odeursd, des bruits, des passants, une cascade, la pluie qui tombe...Je ferme les yeux et j'imagine, à travers mes souvenirs, ces images et ces instants recréant leur propre mélodie. 

En partenariat avec le compositeur Full pitch, les Studios de la Ruche, le Festival Des Arts Des Cinés et le site "All we can do is dance".

 

Réalisation: Jean-Camille Goimard

Interprétation: Klara Morhain et Jean-Camille Goimard

DIMANCHE 28 SEPTEMBRE

AU CROISEUR

La compagnie médite

« Mue d’un corps en Lumière »

15’

14H30

 

« Le point de départ de cette création est une purification de mon âme (par le yoga du son) qui se transforme consciemment, peu à peu, en un corps de lumière. 

Le corps de lumière est notre corps spirituel : c’est un champ de lumière qui permet par l’ouverture du cœur d’accéder à des niveaux de conscience plus élevés pour développer notre plein potentiel.

Ce solo mêle dessin d’animation, musique acousmatique, chant et danse avec l’envie de rendre sensible un espace de conscience où l’on peut ressentir notre unité.

Minimalisme, temps étiré, perception, poésie.

Faisant mes premiers essais en dessin « numérique », je présente la première étape de travail du projet. »

 

Danse, chant, musique acousmatique, dessin d’animation : Marie-Claire Bernard

Mélanie Legrand

Rien derrière

45’

16H

 

C’est l’histoire de quelqu’un-comme-tout-le-monde qui, au détour d’un jogging forcené fait une étrange rencontre.  Elie, puis Tom, vont lui permettrent une plongée au coeur de son être intime, ouvrant l’espace de tous les possibles, au-delà du temps et des rôles. 

 

« Elle appelle toujours au bon moment. Lorsque les résolutions s’effilochent, lorsque le moule devient trop serré, lorsque je n’ai plus la force d’ouvrir la porte. Alors elle appelle. Et tout redevient possible. Ce matin, pour la cinquième fois de ma vie, je disparais. 

 

 Une pièce de  Mélanie Le Grand

Avec : Mélanie Le Grand, Yann Delmas

 

Cie A corps d’elles

Je suis l’Epoque

50’

17H

 

Travailler la matière du texte par la danse et les sonorités de la batterie. Dire l’époque par le corps. Exprimer le déclin, la dégénérescence, l’enfermement, la recherche de liberté et d’apaisement. Trouver une relation entre les mots, les gestes, les images, les sons. Trouver des entremêlements, des jeux de forces, des précaires équilibres. «Je suis l’époque (...) donne à voir un duo/duel inédit entre un batteur et une danseuse. Le mouvement exprime à merveille la recherche d’échappatoire: les corps en tension, fragiles et déterminés, dansent entre les mots, la violence des percussions, l’élégance des forme». Le Progrès, avril 2014. 

 

 

Céline Grisoni : chorégraphie & danse

Morgan Arnault : Batterie

 

Malika Djardi

Sa prière

35’

18H

 

A la source de ce solo, la foi en l’Islam de la mère de Malika Djardi et sa pratique de la prière. Les deux femmes s’entretiennent et leur échange donne lieu à un processus sonore d’élaboration documentaire. Par l’entremise d’une intimité toute naturelle, le sujet abordé s’ouvre de considérations sacrées à d’autres plus profanes. Des tranches de vie sont délivrées, personnelles et familiales, qui concourent à l’universel. Cette matière agencée par les soins de la chorégraphe et danseuse, sorte de texte à la musicalité propre et arrangée, lui offre alors matière à interroger les deux pratiques, celle de la prière et celle de la danse, dans les pleins et les creux du témoignage. Sa Prière devient une réflexion en mouvement sur l’action rituelle et la notion d’engagement au travers de ces disciplines.

 

Conception, chorégraphie et interprétation: Malika Djardi

Voix-off: Marie-Bernadette Philippon

Collectif Quai n°4

Secret

40'

19H30

 

« Nous venons d’enterrer maman. Les derniers cousins partent et nous laissent seules à cette table. Nous n’avons jamais pris le temps pour s’asseoir et se regarder, cela depuis bien longtemps. Je peux vous dire que ça fait bizarre. Je tourne la tête à droite, ma petite Françoise, encore plus fragile aujourd’hui.Puis à gauche, Julie, ma froide sœur, le regard perdu dans celui de Françoise essayant de lui faire dire ce truc, depuis toujours coincé au fond de sa gorge.

Et vous face à notre famille, face à nous, que regardez-vous ? Hum dites moi...On baisse les lumières, que le spectacle de notre vie commence.....

Votre choix, nous allons le subir ce soir, en mangeant notre Secret. »

 

Distribution:

Chorégraphie / interprétation (L’aînée) : Bougues Flora avec la participation des danseuses Danseuses (Les sœurs) : Anna Konopska , Marie Urvoy  / Ecrivain (Le géniteur): Etienne Faye / Scénographie (Les ancêtres) : Justine Louvel, Marion Bougues ; Claire Iseppi

Régie : Pascal Bonnet et Jacques Bouvachon

TARIFS

 

LES VENDREDIS:

Entrée : 8€ tarif unique

Pass soirée : 15€ tarif plein, 10€ tarif réduit et 8€ pour les moins de 12 ans

 

LES SAMEDIS ET DIMANCHES (sauf dimanche 14 septembre)

Entrée : 12€ tarif plein, 8€ tarif réduit et 4€pour les - de 12 ans

Pass après-midi (entre 14h et 18h) : 15€plein tarif, 10€ tarif réduit et 8€ pour les - de 12 ans.

Pass nocturne (à partir de 22h) : 12€ tarif unique

 

Dimanche 14 septembre:

Entrée : 12€plein tarif, 8€ tarif réduit et 4€ pour les - de 12 ans

INFOS ET RESERVATIONS


infos.scene7@gmail.com

04 72 71 42 26